Lieu de détente et discussions diverses en toute amitié
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 VACHES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Bart
Papoteur assidu
Papoteur assidu


Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 73
Localisation : Grosley-sur-Risle
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: VACHES   Dim 31 Juil - 9:11

Connaissez-vous la ferrandaise ?

La ferrandaise est une race bovine française originaire de la chaîne des Puys, dans le sud-ouest du Puy-de-Dôme, et qui doit son nom à la ville de Clermont-Ferrand en Auvergne. C'est une vache barrée, braignée ou poudrée noir/ou/rouge qui a une grande variété de motifs de coloration. Autrefois utilisée indifféremment pour le travail, le lait et la viande, elle a conservé cette mixité et est aussi bien utilisée comme vache laitière que comme vache allaitante de nos jours. Au début du XXe siècle, elle était avec la salers la principale productrice de lait destiné à confectionner les fromages d'Auvergne bénéficiant aujourd'hui d'une AOC. Elle se caractérise aussi par sa rusticité et son adaptation à l'élevage en montagne.

Largement majoritaire dans sa région d'origine au XIXe siècle et au début du XXe siècle, elle a failli disparaître, remplacée par des races spécialisées. Elle bénéficie toutefois d'un regain d'intérêt depuis la fin des années 1970. Grâce à d'importants efforts ses effectifs ont pu ré-augmenter, et elle semble désormais en bonne voie de sauvegarde. Elle a d'ailleurs fait son retour dans les manifestations agricoles locales, mais aussi nationales comme le salon de l'agriculture et le sommet de l'élevage. En 2010, 238 éleveurs détiennent 966 vaches adultes.

La vache du Puy de Dôme... on clique pour la suite...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Bart
Papoteur assidu
Papoteur assidu


Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 73
Localisation : Grosley-sur-Risle
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: VACHES   Mar 2 Aoû - 10:41



dans le pré : La Prim’Holstein
1ère race laitière en France et dans le monde

Vous la connaissez tous ! Et nous l’avons tous en tête, cette vache à la robe pie noire, parfois pie rouge, est la vache laitière par excellence.

En France, on l’appelle “Prim’holstein”, tandis que dans les autres pays du monde, vous la trouverez sous le nom de “Holstein”.

Découvrez ci-dessous en détails la race Prim’Holstein :

La Prim’Holstein est une race de grande taille, facilement reconnaissable à la couleur de sa robe pie noire, parfois pie rouge…

Les éleveurs qui possèdent des Prim’Holstein sont généralement spécialisés en production laitière. La taille moyenne des troupeaux de race pure adhérents au Contrôle Laitier est de 45 vaches…

L’ensemble des Pie Noire du monde semble provenir d’une même région du littoral de la mer du Nord, comprise entre les régions de la Frise (Pays-Bas) et du Jütland (Danemark) en passant par le Holstein (Allemagne)…

La Prim’Holstein est la première race laitière au monde. La taille du cheptel de vaches contrôlées situe le cheptel français au deuxième rang mondial après les Etats-Unis…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Bart
Papoteur assidu
Papoteur assidu


Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 73
Localisation : Grosley-sur-Risle
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: VACHES   Mar 2 Aoû - 10:43


Le tour des races de vaches :

La normande est une race bovine française originaire de Normandie. C'est une vache de taille moyenne, qui a une robe caractéristique, blanche avec plus ou moins de taches brunes ou bringées (presque noire)1. Elle a la réputation d'être une race mixte, qui produit une viande de qualité et dont le lait est particulièrement bien adapté à la transformation fromagère, du fait de ses forts taux butyreux et protéiques, et de la nature des caséines qu'il contient.

Pour certains la normande trouverait ses origines chez des bovins amenés dans la région par les Vikings. Même si cette hypothèse a peut-être une part de vérité, la normande telle qu'on la connaît actuellement est proche d'autres races anglo-normandes comme la jersiaise, et est issue de la fusion de diverses races locales dont notamment la cotentine et l'augeronne. La race a été ensuite influencée par l'infusion de sang durham au XIXe siècle, et a vu ses conditions d'élevage et donc son format s'améliorer avec les progrès de l'agriculture. Le herd-book de la race est créé en 1883, et la sélection de la race s'organise petit à petit. La race a été fortement affectée par la Seconde Guerre mondiale, car le débarquement de Normandie a provoqué des dégâts au sein de l'agriculture locale.

La race se réorganise cependant avec un système de sélection efficace qui en fait la principale race laitière française. Toutefois elle est concurrencée à partir des années 1970 par la prim'holstein, et ses effectifs déclinent peu à peu. Elle est aujourd'hui la troisième race laitière française en termes d'effectifs derrière la prim'holstein et la montbéliarde. La normande est en outre un animal emblématique de la Normandie. Elle étend toutefois son influence dans les régions avoisinantes depuis déjà longtemps, et est présente un peu partout dans le monde.

Je suis la Normande... venez me découvrir en un clic...


et une petite chanson made in Normandie

https://www.youtube.com/watch?v=e-4oFbeGH1M
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Bart
Papoteur assidu
Papoteur assidu


Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 73
Localisation : Grosley-sur-Risle
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: VACHES   Jeu 4 Aoû - 9:00



La blonde d'Aquitaine[/b] est une race bovine allaitante de grande taille, d'une couleur unie allant selon les individus du froment au blanc crème, aux muqueuses roses.

Elle est issue de la fusion en 1962 de trois rameaux bovins du Sud-Ouest de la France.

D'un fort développement musculaire, elle est réputée pour ses qualités bouchères, avec une forte proportion de viande, tendre et peu grasse, par rapport au poids total.

Sa docilité, sa facilité de vêlage, le prix élevé de vente pour l'abattage et une vitesse de croissance élevée (en quantité de viande produite) ont conduit ses effectifs à plus de 450.000 têtes en France en 2000. L'effectif en France est de 569.000 têtes en 2014, pour un total d'environ 2 millions de têtes dans le monde1. C'est la troisième race bovine allaitante française en termes d'effectifs, prenant une place prépondérante dans tout le sud-ouest de la France et les Pays de la Loire. Elle gagne maintenant du terrain dans tout le nord-ouest de la France et est implantée dans une trentaine de pays, dont plus particulièrement le Canada, les États-Unis, l'Australie et la Suède.

Lire l'histoire de la blonde d'Aquitaine...

Gamine, le nom de cette vache me plaisait et même cette belle vache, je la trouvais racée.

[/center]
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Bart
Papoteur assidu
Papoteur assidu


Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 73
Localisation : Grosley-sur-Risle
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: VACHES   Ven 5 Aoû - 9:36



La saga des vaches continue :

La Salers.. majestueuse, racée


Une origine ancienne et encore incertaine…

L’historique des hommes de la zone " berceau " de la race Salers, montre que le premier peuple connu de cette région était constitué d’un mélange de Celtes et d’Ibères. L’existence de cette souche ibérique laisse penser q’une migration de population a eu lieu à une époque lointaine, migration qui se faisait systématiquement accompagnée du bétail.
Ainsi, plusieurs hypothèses se sont succédées quant à l’origine de la race Salers.

Au sud ouest de la péninsule ibérique, les "retintas" espagnoles, ainsi que les "alentejana" et "algarvia" au Portugal ont une forme de cornage similaire au vaches Salers (pour les femelles), une couleur de robe et une pigmentation très voisines. Conséquence du climat chaud et sec sans doute, le poil est ras, contrairement à la Salers.
Des historiens contemporains espagnols pensent ainsi que le rameau serait venu par l’Egypte, l’Afrique du Nord, Gibraltar et l’Espagne. Pour cela, ils se basent sur les peintures égyptiennes, ainsi que sur celles des grottes de Tassli en Afrique.

En Grande Bretagne, la race de "North-Devon", bien que plus petite du fait de la sélection anglaise, à la même robe, le même poil et la même forme de tête que les Salers. Les soldats romains auraient amené ce bétail du Massif-Central.

La Salers, son histoire...

[/center]
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Bart
Papoteur assidu
Papoteur assidu


Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 73
Localisation : Grosley-sur-Risle
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: VACHES   Sam 6 Aoû - 9:21

Mes copines les vaches : l'Aubrac

Un pelage froment, des cornes en forme de lyre, des yeux qui semblent maquillés de khôl. Dès le premier coup d’œil l’Aubrac affirme sa présence et affiche sa différence. Mais sa beauté ne fait pas tout. Race rustique allaitante, l’Aubrac développe de nombreuses qualités d’élevage incontestables.

Facile à élever, l’Aubrac demande peu de main d’œuvre et d’intervention humaine. Elle améliore ainsi les conditions de travail des éleveurs. C’est une race efficace pour la production de viande, à la fois en race pure et en croisement avec un taureau de race à viande spécialisé. Elle assure ainsi aux éleveurs une rentabilité économique de l’exploitation du fait de sa grande autonomie.

Rusticité
Née sur les plateaux de l’Aubrac, la race s’adapte parfaitement à des conditions climatiques extrêmes : écarts de température, vent, froid.
Sa robustesse et sa résistance sont reconnues. Son gabarit modéré et ses aplombs solides en font une bonne marcheuse apte aux déplacements. Le milieu difficile de son berceau d’origine a forgé la race et lui a appris à être sobre et peu exigeante en matière de nourriture. Elle est capable de consommer de grandes quantités de fourrages grossiers même de piètre qualité et de s’en accommoder pour sa croissance en mobilisant ses réserves, qu’elle reconstituera en période plus favorable lorsque l’herbe foisonne. C’est son fameux “pouvoir accordéon” lié à sa rusticité.

Excellente fécondité et facilités de reproduction

Lire la suite...



à mon gout je la trouve aussi belle et majestueuse que la blonde d'Aquitaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Bart
Papoteur assidu
Papoteur assidu


Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 73
Localisation : Grosley-sur-Risle
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: VACHES   Sam 6 Aoû - 9:33


On part au pré pour rencontrer la limousine

Des boeufs sur la route de Paris
La Limousine est remarquée dès le 17e siècle, pour la puissance musculaire de ses animaux de trait. Les bœufs, à l’âge de 8 ans ou 10 ans, sont engraissés et acheminés à pied sur les grandes villes comme Bordeaux et Paris. Un voyage d’environ 12 à 14 jours.
En 1770, la viande venant à manquer à Paris, l’Intendant Turgot transmet au bureau de Brive et de Limoges une note du Lieutenant Général de police de Paris, M. de Sartine, demandant si l’on pouvait "compter après Pâques sur les Limousins" pour l’approvisionnement de la capitale. Le bœuf Limousin pèse alors 300 à 350 kg seulement.

19e siècle : le début de la sélection des purs sangs
Après quelques essais de croisement non suivis de résultats satisfaisants, les éleveurs Limousins au milieu du 19e siècle, sont de plus en plus persuadés que la sélection est la seule voie permettant d’améliorer la race bovine Limousine, avec une meilleure alimentation et une meilleure hygiène.
Le Livre généalogique, Herd-Book Limousin est constitué le 18 novembre 1886. Une commission de 12 membres établit un règlement très exigeant. Après deux ans d’existence, 479 animaux sont inscrits. En 1890, Livre compte 674 animaux, 3.142 en 1897, 6.416 en 1914. La commission cesse ses activités.Depuis 1893, un concours spécial est organisé chaque année pour désigner les meilleurs animaux de la race. Tout au long de la seconde moitié du 19e siècle, la race Limousine remporte de nombreux lauriers et notamment le concours de Poissy en 1857, 1858 et 1859.

Réorganisation en 1920
Après la 1re guerre mondiale, le Herd-Book Limousin renaît en 1920. Le standard de la race incite les éleveurs à produire des animaux de plus grand format. Chaque éleveur reçoit un livre de vacherie pour suivre ses efforts et les résultats de la sélection. Les animaux sont tatoués à l’oreille à l’aide d’une pince et d’une encre indélébile. Le 31 décembre 1924, le Livre du Herd-Book Limousin est fermé. Il compte 999 taureaux et 7.300 vaches. Depuis cette date, le Concours Spécial n’est ouvert qu’aux animaux inscrits.

Du déclin d’après-guerre à l’expansion d’aujourd’hui
Amorcé à partir des années 30, le déclin de la race Limousine se poursuit jusqu’au tournant des années 60. C’est alors que le Herd-Book, par son dynamisme, sa compétence, va devenir l’un des moteurs essentiels de la renaissance et de l’expansion de la race Limousine en France et dans le Monde.
Le Herd-Book Limousin rassemble aujourd’hui en France plus de 1.750 éleveurs adhérents, regroupés dans 14 sections régionales et qui élèvent plus de 63.000 mères-vaches inscrites. Chaque année, le HBL certifie 4.900 nouveaux mâles et 27.000 femelles à partir des données généalogiques, phénotypiques et génétiques.


celle ci aussi est belle, racée et majestueuse, elle en impose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Bart
Papoteur assidu
Papoteur assidu


Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 73
Localisation : Grosley-sur-Risle
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: VACHES   Lun 8 Aoû - 9:28



Une vache que je ne connaissais pas trop... on va la découvrir ensemble :
Froment du Léon


Elle appartient au rameau celtique. Elle a été créée dans le Pays de Léon dans le nord de la Bretagne. Elle est génétiquement proche des races des îles Anglo-Normandes : jersiaise dont elle est cousine et guernesey dont elle est une ancêtre. Au XVIIIe siècle existait déjà une race nommée léonaise ou léonarde. Elle faisait partie d'une population rouge, froment ou pie rouge, commune avec celle de feue la pie rouge de Carhaix. La sélection de cette race, avec la création d'un livre généalogique, débuta en 1907 à partir d'une race autochtone.

Depuis les années 1950, elle est devenue une race en danger d'extinction, fortement concurrencée par la normande puis la prim'Holstein. On la trouve seulement sur la côte nord de la Bretagne. Depuis les années 1960, des croisements ont été faits avec des reproducteurs de race guernesey provenant de la Grande-Bretagne et du Canada afin de mieux gérer la consanguinité.
En 2004, les effectifs étaient de 240 animaux dont 150 vaches et 6 taureaux inscrits. Environ 80 % des femelles reproduisent en race pure, un bon point pour maintenir voire faire progresser l'effectif.

C'est une vache de moyen format, la femelle a une hauteur au garrot de 130 cm et un poids moyen de 500 kg. La robe est froment (blond) uniforme ou avec des parties blanches sur le ventre et le bas des membres. Les muqueuses sont claires. Les cornes sont de longueur moyenne.
Selon Daniel Babo, la froment du Léon aurait un caractère lunatique.

Elle est classée laitière. Elle produit environ 3 500 kg de lait par lactation, d'un lait très riche en matières protéiques (35 g/l) et en matière grasse (46 g/l) donnant une crème colorée et un beurre doré, du fait de sa richesse en carotène.

Elle nourrit également bien ses veaux, et peut être rentable en croisement avec un taureau de race bouchère. La faible taille des effectifs encourage les éleveurs à travailler en race pure pour atteindre un nombre qui les mette à l'abri d'une trop forte consanguinité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Bart
Papoteur assidu
Papoteur assidu


Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 73
Localisation : Grosley-sur-Risle
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: VACHES   Mar 9 Aoû - 8:53




Un petit tour dans le pré : L’abondance

L’abondance est une race bovine française.
Origine et répartition

Appartenant au rameau pie rouge des montagnes, son ancêtre serait arrivée avec les Burgondes dans le Chablais qui est devenu son berceau. Elle était déjà élevée à l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune dès le XIIe siècle. Elle était à l’origine connue sous le nom de « chablaisienne ». Le livre généalogique de la race a été créé en 1891.

Le cheptel français de race abondance s’élève à environ 150 000 têtes, dont 65 000 vaches. C’est, avec seulement 1,3 % du cheptel laitier, la quatrième race laitière de France. Elle est surtout présente en Savoie et Haute-Savoie, mais on la trouve dans 13 départements en Rhône-Alpes et Auvergne, mais aussi dans les Pyrénées et dans les Alpes du Sud. Elle a été exportée dans plusieurs pays, notamment en Amérique (Canada) pour son efficacité à la production de viande en montagne; en Irak, en Afrique (Égypte, ou en Afrique de l’Ouest) elle est croisée avec la race Ndama pour améliorer la production laitière.

Lire la suite...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VACHES   

Revenir en haut Aller en bas
 
VACHES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bison prend la place des vaches normandes!!!
» Énigme 180 - Falaises des Vaches Noires (14)
» les vaches à hublots...
» Inde, visite du Radjastan
» Meuuh !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amicalement Vôtre :: Nos amis à poils et à plumes :: Conseils-
Sauter vers: